LYCEE SAINT LOUIS

Lycée des Métiers de la Biologie et de la Chimie

 

Il est venu !

 

Après avoir étudié, avec leurs professeures d'anglais et de français, son recueil de nouvelles (La-haut vers le Nord), les élèves de 1BIOB et 1BIOC ont pu rencontrer l'écrivain canadien Joseph Boyden.

 

Initialement, la rencontre avait été programmée pour le lundi 1er décembre.

Hélas !, au dernier moment, et au grand désappointement de tous, on apprenait que l'écrivain, souffrant, ne se sentait pas la force de quitter son lit.

Cécile Quintin, Présidente de l'association Lettres du monde (qui a invité Joseph Boyden à Bordeaux pour son 11 ème Festival des Littératures de Monde) est néanmoins venue à la rencontre des élèves, accompagnée par Martine Laval (journaliste à Télérama) et Michel Lederer (un des deux traducteurs de Joseph Boyden).

 

 

(Michel Lederer / Martine Laval /Cécile Quintin)

Ensemble, ils se sont efforcés de répondre aux questions des élèves sur l'oeuvre et la vie de Joseph Boyden, même si, sur ce dernier point, ils ne disposaient évidemment pas de toutes les réponses.

Michel Lederer a néanmoins pu évoquer quelques faits historiques sur le sort réservé aux Indiens, aux USA et au Canada ; notamment ces pensionnats où les jeunes Indiens scolarisés se voyaient interdits d'utiliser leur langue, leur bouche rincée au savon s'ils ne respectaient pas cette interdiction...

Pensionnats encore ouverts au début des années 1990. (voir lien suivant vers l'article Wikipédia consacré à ce sujet )

Pensionnats indiens au Canada

Il a également abordé différents aspects du métier de traducteur, assez méconnu du grand public.

Malgré la richesse et l'intérêt de cette rencontre, élèves et professeurs ressentaient pourtant une frustration certaine.

Heureusement, une fois rétabli, Joseph Boyden a tenu à venir au lycée, où il a finalement été reçu, au CDI, vendredi 05 décembre.

Pendant une heure, souriant et détendu, il a répondu, en anglais, aux questions de tous.

 

 

+

 

Des questions sur son oeuvre, son enfance, sa famille, le sens des tatouages qui ornent ses bras, la vie dans les réserves indiennes, ses loisirs, ses goûts en littérature, les raisons pour lesquelles il écrit.

Pour ce dernier point, il a insisté sur son rôle de médiateur entre la culture indienne et la culture américaine (un de ses surnoms indiens est du reste Shining Bridge).

Il a également souligné la nécessité de s'ouvrir aux différences (y compris celle du handicap) qui doivent être vécues comme un cadeau et une richesse, et non comme un fardeau.

 A la fin de la séance, il s'est prêté de bonne grâce, avec gentillesse et malice, au jeu des selfies et des autographes.

 

Un grand merci à lui pour sa disponibilité, son humanisme et son humour.

Merci aussi à notre Proviseur, M. Cappe, tour à tour chauffeur de taxi et dealer de mini-viennoiseries.

A Mmes Dethan, Gaillard, Jeantet et Monteiro, pour le travail accompli avec les élèves.

Et aux lycéens, pour leur attention et leur curiosité.

Copyright © 2020 Lycée Saint Louis - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Hébergé par 1&1 - Webmestre : Thierry Vesin, Professeur - Directeur de publication et responsable de la rédaction : Fabrice Debski, Proviseur.